Image header Michelin

Histoire de Michelin

L'HISTOIRE DE MICHELIN

 

André Michelin et son frère Édouard Michelin fondent Michelin et Cie en 1889, près de la place des Carmes, à Clermont-Ferrand, sur un terrain de 12 hectares. À cette époque, cinquante-deux personnes travaillent dans l'entreprise. Depuis, le siège social est toujours installé au même emplacement.

En 1891, après avoir aidé un cycliste anglais venu à l'usine pour la réparation d'un pneu (mis au point par Dunlop) qui avait crevé21, les frères Michelin développent le pneu démontable pour bicyclette. Le brevet est déposé le 18 juin, et la même année Charles Terront gagne la course cycliste Paris-Brest sur un vélo équipé de pneus Michelin. En 1892, les pneus Michelin sont distribués pour la première fois à l'étranger, en l'occurrence par l'accessoiriste Boyriven, et rencontrent un succès commercial22.

 

En 1895, les frères Michelin améliorent la résilience en température de leur gomme par l'adjonction d'un caoutchouc naturel à base d'helix pomatia. Le pneu obtenu peut être qualifié de premier pneumatique pluie non synthétique23. En 1895, dans de la course Paris-Bordeaux-Paris, les frères Michelin pilotent l'Éclair, première automobile équipée de pneus24. Ils ne terminent pas la course dans le temps imparti, mais en 1897 André termine 19e de Paris-Trouville cette fois sur Mors25. En 1898, le bonhomme Michelin, « Bibendum », est créé par le dessinateur O’Galop. Le personnage est surmonté par la maxime « Nunc est bibendum » (« C'est maintenant qu'il faut boire »), transformé par l'auteur en slogan publicitaire : « Le pneu Michelin boit l'obstacle ». En 1899, l'automobile électrique, la Jamais Contente, équipée de pneus Michelin, dépasse 100 km/h.

 

Le premier Guide Michelin, que l'on surnomme le « guide rouge », est publié en 1900 et aide les voyageurs dans leurs déplacements en donnant des renseignements pratiques ainsi qu'une liste d'hôtels et de restaurants. En 1901 apparaît la première affiche avec le personnage Bibendum qui ressemble alors peu à sa version actuelle. Le personnage sera rendu plus expressif au fil du temps.

Publicités Michelin à l'arrivée des Éliminatoires Françaises de la Coupe Gordon Bennett 1905 au circuit d'Auvergne Michelin.
En 1906, Michelin installe sa première usine hors de France à Turin26. En 1907, Michelin installe sa première usine aux États-Unis à Milltown, dans le New Jersey, mais l'entreprise quitte ce site en 1930 en raison de la dépression économique27.

 

En 1908, Michelin produit le premier pneu « jumelé » pour poids lourds. Le 6 mars 1908, l'entreprise créé le prix spécial Michelin et des coupes Michelin d’aviation.

 

Le premier numéro de la revue mensuelle Bibendum est publié en 1910. Cette même année, Michelin entre dans le marché de la signalisation routière, avec la fabrication des plaques « Merci » à deux faces sur lesquelles étaient indiqués le nom des localités, la désignation et le numéro des routes, et des inscriptions de sécurité telles que « Veuillez ralentir » placées à l’entrée de l’agglomération et un « Merci » à la sortie. En 1918, le premier prototype de borne d'angle (borne Michelin), élément de signalisation routière à quatre faces, est créé ; celle-ci prend sa forme définitive en 1928. En 1931, l'emploi des appareils de signalisation routière Michelin est officiellement approuvé. Il s'agit des bornes Michelin, mais aussi des « murs », « plaques » et « poteaux », réalisés en lave émaillée sur béton armé.

 

En 1911, le club de rugby ASM Clermont Auvergne est créé par Marcel Michelin, le fils d'André, d'abord sous le nom de l'AS Michelin, puis de l'AS Monferrandaise, avant de prendre son nom actuel.

 


Morceau de la piste de 1916, exposé devant l'Aéroport de Clermont-Ferrand Auvergne.
En 1916, la première piste cimentée pour l'aviation est construite à Clermont-Ferrand ; elle permet le décollage par tous les temps des avions Breguet-Michelin produits pour la guerre dans les usines Michelin. La production sera de 57 avions en 1915, 141 en 1916, 264 en 1917 et 1422 en 1918. Michelin produira ainsi près de 3.000 avions pour l'armée française, après avoir contribué par ses concours d'aterrissage à former d'excellents pilotes. Les 100 premiers exemplaires produits furent offerts à la France et les suivants vendus à prix coûtant.

 

En 1919, l'usine de Cataroux est construite.

 

En 1925, Michelin décide d'établir deux plantations d'hévéas au Viêt Nam28.

 

1926 voit la publication du guide régional touristique (futur « guide vert ») sur la Bretagne. C'est une période de très forte croissance pour tout le secteur automobile, qui bénéficie de l'engouement pour la voiture des "années folles": Michelin emploie 10 000 personnes à Clermont-Ferrand dès 1927.

 

Michelin autorail aux Pays-Bas en 1932
1929 voit la mise au point de la micheline, autorail léger dont les roues sont équipées de pneus spéciaux inventés par André Michelin. Cet autorail restera en service en France dans plusieurs villes jusqu'à 1952 et sera également présent dans les anciennes colonies françaises en Afrique, francophone ou non, en Indochine, et à Madagascar.

 

En 1930, la plus grande des plantations appartenant à Michelin est le site d'un soulèvement d'ouvriers dirigé par le coolie Pham Van Phu et appelé par les historiens la Révolte de Phu-Riêng . « Ainsi, si le paternalisme Michelin visait à introduire chez les salariés en métropole le sentiment d'un intérêt commun entre personnel et patrons, il échoua totalement à essayer d'effacer l'infranchissable barrière séparant colons et colonisés. »29

En 1933, Pierre Michelin (1903-1937) est nommé cogérant et en 1935, Michelin rachète l'entreprise Citroën et la sauve de la faillite. Pierre Michelin en est alors nommé PDG.

 

Pendant l'année 1936, l'entreprise est touchée à trois reprises par des grèves ouvrières dont deux avec occupation. La Confédération générale du travail (C.G.T.) passe de 100 à plus de 6 000 syndiqués. Elle dépassera les 7 000 en 1937. Les ouvriers obtiennent près de 25 % d'augmentation de salaire en juin 193630.

 

En 1937, Pierre Michelin décède à la suite d'un accident. L'année suivante, Édouard Michelin appelle à ses côtés son gendre Robert Puiseux (1892-1991) et Pierre Boulanger (1885-1950) comme cogérants. En 1940, au décès de Édouard Michelin, Robert Puiseux devient gérant.

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, des cartes et guides Michelin ont été distribués aux troupes alliées31. En 1944, l’état-major allié craint que la progression des troupes après le débarquement en Normandie ne soit ralentie sur les routes et surtout dans les villes françaises, car toute signalisation y a été détruite ou démontée par l’occupant allemand. Avec l’accord secret de la direction de Michelin à Paris, l'état-major allié choisit de faire imprimer à Washington et de distribuer à tous les officiers du D-day et du débarquement une reproduction de la dernière édition du Guide, celle de 1939, comportant des centaines de plans de villes, détaillés et actualisés.[réf. souhaitée]

En 1946, Michelin dépose le brevet du pneu radial, commercialisé en 1949 sous l'appellation Michelin X, qui révolutionne le marché. Le succès commercial du pneu radial entraînera une forte expansion du groupe et placera Michelin au premier rang mondial après trois décennies de forts investissements et des usines sur tous les continents en 1979.

 

1951 voit la fondation de la Compagnie Générale des Établissements Michelin (CGEM) et de la Manufacture Française des Pneumatiques Michelin dont Émile Durin (1896-1981) devient cogérant avec Robert Puiseux. Cette année aussi, la première usine française construite hors d'Auvergne est établie à Orléans26. D'autres suivront à Bourges (pneus avion et spatiaux), à Cholet et à Poitiers notamment, contribuant fortement au développement de ces villes.

 

En 1955, François Michelin, petit fils d'Edouard Michelin accède au poste de gérant, après avoir travaillé pendant deux ans en production sous un autre nom, pour apprendre le métier, puis dans les services commerciaux et recherche. Il accélérera la croissance liée au succès commercial du pneu radial, en investissant lourdement et ouvrira environ trente usines dans le monde pendant les décennies 1960 et 1970, en multipliant par cinq les volumes de pneumatiques produits par l'entreprise.

 

L'ouverture de la première usine de production de pneus X en Amérique du Nord a lieu en 1971 à Bridgewater (Nouvelle-Écosse) au Canada26, et la première usine de production de pneus X aux États-Unis ouvre en 1975 à Greenville en Caroline du Sud26. En juin 1971, l'entreprise arrête la production de panneaux de signalisation routière en lave émaillée sur béton armé.

 

En 1978, la firme s'associe à Ferrari, et remporte son premier Grand Prix de F1 au Brésil. En 1979, année où Michelin devient No 1 mondial du pneu, Michelin est associée aux deux titres mondiaux (pilote et constructeur) que Ferrari remporte en Formule 1.


Le logo Uniroyal
En 1981, Michelin absorbe les usines pneumatiques Kleber et en 1989, le groupe rachète Uniroyal-Goodrich Tire afin d'augmenter sa présence aux États-Unis.

La firme présente en 1992 son premier pneu Energy, conçu pour diminuer la consommation de carburant, qu'elle déclinera ensuite en X Energy pour les poids lourds, contribuant ainsi à la baisse de la pollution automobile. En 1996, Michelin invente le PAX System, le pneu indéjantable qui permet de rouler, même en cas de crevaison.

En 1998, le centenaire de Bibendum voit, entre autres célébrations, la création d'un Challenge Bibendum Michelin, renouvelé chaque année depuis (sauf 1999). D'audience internationale, il est organisé dans différentes villes du monde, dans l'objectif d'un "mobilité plus durable."32

François Michelin quitte son poste de gérant en 1999. Son fils Édouard, centralien âgé de 36 ans et cogérant depuis 1991, lui succède et annonce la suppression de 1 880 postes en France. Au mois de septembre 1999, l'entreprise annonce simultanément des bénéfices semestriels en hausse et un plan de restructuration entraînant 7 500 suppressions d'emplois qui ouvrira une polémique en France sur les licenciements boursiers33.

En 2001, le site Internet ViaMichelin est créé, après le succès de nouveaux services comme l'accès Minitel 3615 Michelin puis les débuts sur internet en tant que michelin-travel.com. Selon le site, plus de vingt millions d'internautes consultent ce service chaque année34.

Michelin invente aussi le déflecteur breveté «Antisplash» pour les pneus poids lourds, qui permet de diviser par 4 la hauteur des projections d'eau produites par les poids lourds par temps de pluie. Résultat: une meilleure visibilité et sécurité pour tous les automobilistes suivant des poids lourds 'Michelin' et moins de risques sur les chaussées détrempées par la pluie.

En 2004, l'entreprise présente le Tweel, un concept révolutionnaire de roue sans air. Inexplosable et increvable, cette roue est destinée aux profils bas.

En 2005, le groupe s'associe à Renault, alors champion de Formule 1, mais annonce son retrait de cette compétition à la fin de la saison 2006, en raison de désaccords avec la FIA, qui veut imposer un fournisseur unique. Michelin envisageait cependant un retour éventuel dans la compétition en 201435.

Le 26 mai 2006, Édouard Michelin décède lors d'un accident de bateau. Michel Rollier, ancien directeur financier et cousin issu de germain d'Édouard Michelin, exerce dès lors la direction du groupe. Le 3 octobre 2006, Michelin investit et décide d'installer une nouvelle plateforme de stockage de 70 000 m2 à Valenciennes.

Le 26 janvier 2007, un contrat d'une valeur de 1,7 milliard de dollars est signé entre Michelin et le Pentagone. Avec une marge opérationnelle dépassant les 10%, le cours de l'action Michelin touche son plus haut niveau historique à 102,54 €.

Inauguré le 23 janvier 2009 par Michel Rollier, le musée «L'Aventure Michelin» retrace toute l'histoire du groupe Michelin, de ses hommes et de ses innovations. Les visiteurs peuvent découvrir sur le site de Cataroux (Clermont-Ferrand) les 2 000 m2 consacrés aux innovations, aux percée et à l'histoire de Michelin, dont les fameux Bibendum, présents sur toutes les routes du monde, fréquemment sur les toits ou carrosseries des camions.

En 2010, Michelin décide d'un programme d'investissement pour mettre en service, de 2012 à 2014, 4 nouvelles usines en Chine, au Brésil, en Inde et aux États-Unis.

En 2012-13, la première usine Michelin est construite en Inde, entre Chennai et Pondichéry et produit pour le marché indien.

En 2012, Jean-Dominique Senard, directeur financier depuis 2005 et qui n'est pas membre de la famille, prend la tête de l'entreprise.

En 2013, la direction de l'entreprise Michelin annonce un plan de restructuration entraînant la perte de 730 emplois dans le site de Joué-lès-Tours au premier semestre 2015. Ce site, spécialisé dans la fabrication de pneumatiques pour poids-lourds sera spécialisé dans la production de produits semi-finis, avec le maintien d'environ 200 personnes. Parallèlement à ces suppressions de postes, Michelin annonce un plan d'investissement de 800 millions d'euros en France entre 2013 et 2019, et la création de 170 postes pour le site de La Roche-sur-Yon, spécialisé également dans les pneumatiques pour poids-lourds, afin de porter la capacité de production de 800 000 à 1,6 millions d'unités par an36,37.

En juin 2014, Michelin acquiert l'entreprise brésilienne Sascar, spécialisée dans les services numériques pour gérer les flottes de poids lourds et ayant 870 salariés, pour 520 millions d'euros dont 80 millions de reprises de dettes38.

En 2014 également, Michelin acquiert 100% des parts de la société Tyredating SAS qui édite le site de vente de pneus en ligne www.popgom.fr, également présent dans 14 autres pays européens.

Le 6 mai 2015, Michelin a annoncé l'acquisition pour 68 millions d'euros de Blackcircles.com, le numéro 1 de la vente en ligne de pneus39. En novembre 2015, Michelin annonce la fermeture de 3 usines situées à Fossano en Italie, à Oranienburg en Allemagne et à Ballymena au Royaume-Uni, fermeture qui induit la suppression de 1 500 postes40.

Actualité

Please publish modules in offcanvas position.